Finir sa vie chez soi, un choix de société

Mourir à domicile : un désir revendiqué par la majorité de la population québécoise. Toutefois, dans la réalité, seuls 11 % des décès surviennent à la maison. Au-delà de la simple question des coûts – le maintien des personnes en fin de vie à domicile se révèle moins onéreux que de les envoyer à l’hôpital – se pose la question de ce que, collectivement, nous voulons prioriser. Akli Aït Abdallah a rencontré des patients en fin de vie, leurs proches et des équipes médicales à l’émission Desautels le dimanche à ICI Radio-Canada première.

Pour écouter le reportage sur fil audio, cliquez ICI

Source : ICI Radio-Canada première